Questions fréquentes

Quelques organisations ont créé d’excellentes listes des objections et des critiques que l’on fait au revenu de base en y apportant des réponses bien réfléchies.

Par exemple:

En français, la liste du Mouvement français pour le revenu de base prend la forme de réponses aux principales critiques et celle de l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence, est assemblée sous la forme de réponses aux objections. En anglais, celle du Basic Income Earth Network est sans doute la plus complète qui soit. On la trouve ici.

Vous pouvez participer, immédiatement, à la conversation sur le sujet en inscrivant un commentaire ou une question au bas de cette page-ci ou via courriel à info@revenudebase.quebec)

Sur Facebook et Twitter, nous faisons une veille constante sur ce qui se passe concernant le revenu de base. Ce sont d’autres lieux où poser des questions, laisser des commentaires.

Tout de suite, voici des questions, parmi les plus fréquentes, qui nous sont posées pour préciser ce qu’est le revenu de base:


1- Pour qui?

Pour tout le monde? Même les riches? C’est ce que l’on nomme le revenu de base universel. Seulement pour les personnes qui n’atteignent pas un certain seuil de revenu? C’est ce que l’on nomme le revenu minimum garanti ou, techniquement, l’impôt négatif.

À Revenu de base Québec, nous sommes plutôt pour le revenu universel, que nous voyons comme une sorte de rente de partage de la richesse commune. Nous craignons qu’un revenu minimum garanti maintienne pour ses récipiendaires l’ostracisme que connaissent les personnes assistées sociales.

En effet, si la classe moyenne n’y gagne pas, elle aura le sentiment, comme maintenant, d’avoir une partie de la population à son crochet. Hors, si au moins une partie d’un revenu de base était versée à tous, les bénéficiaires comprendraient un très fort pourcentage de la population; jusqu’à 80%, selon une analyse récente que l’on peut trouver ici.

Par ailleurs, les revenus universel et garanti diffèrent sur un autre point important: dans un foyer, le revenu universel serait versé à chaque individu, personnellement, tandis que le revenu garanti traiterait le foyer comme entité, un couple recevant, par exemple, une fois et ½ la prestation de base plutôt que deux fois, chaque personne séparément. Cette dernière façon de faire nous est familière: l’impôt et l’assistance sociale sont gérés de cette façon, avec les injustices et l’intrusion dans la vie privée qui en découlent.

Il y aura matière à débat sur ces deux points quand le revenu de base donnera lieu à une sérieuse analyse en vue de son implantation. Entre temps, à Revenu de base Québec, reconnaissant que l’acceptabilité sociale et politique du revenu garanti est plus grande que celle du revenu universel et que nos collègues canadiens militants du revenu de base axent leurs actions dans ce sens, nous les accompagnons avec plaisir dans celles-ci. Nous souhaitons cependant que l’on n’écarte pas trop facilement l’universalité et l’individualité de la réflexion.

Prenez connaissance de l’excellent travail que font, entre autres, le Basic Income Canada Network, l’Ontario Basic Income Network, la Coalition Canada basic income – revenu de base, le Basic Income Canada Youth Network et UBI Works.

2- Combien?

C’est l’une des premières questions qui vient à l’esprit!

Au Québec, il y a un bon consensus pour utiliser la mesure du panier de consommation comme montant minimum. Ce serait déjà de l’ordre du double de l’assistance sociale, mais ce n’est pas certain que cela serait suffisant en toute circonstance. Quand viendra le temps de discuter sérieusement de l’implantation du revenu de base, ce sera l’un des sujets de débat… Et l’on se rappellera que la Prestation canadienne d’urgence (la PCU) décrétée lors de la pandémie était de 2 000 $ par mois…

Toujours est-il que, fondée sur des concepts élaborés par Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC), la mesure du panier de consommation (MPC) est une mesure de faible revenu basée sur le coût d’un panier de biens et de services correspondant à un niveau de vie de base.

Une révision récente de Statistiques Canada (septembre 2020) établit minimum annuel nécessaire pour une personne seule à plus de 20 000 $. Voir l’excellente analyse de cette révision par le Collectif pour un Québec sans pauvreté ici.


Et voici quelques commentaires reçus (faites-nous connaître les vôtres):

17 réponses sur “Questions fréquentes”

  1. Avec la situation du Covid-19. Je recherche par tous les moyens possible de faire un peu d’argent, c’est pourquoi je suis tombé ici par pur hasard!
    J’espère néanmoins que de m’être inscrit ne me coûtera rien car comme tout le monde en ce moment je suis sur le mode survie!

  2. Merci de votre intérêt.
    Heureux hasard, et qui ne vous coûtera rien.
    Et merci de faire connaître notre site, notre page Facebook et notre compte Twitter.

  3. Une idée de pauvres ! Pourquoi gagner tous la même chose si nous avons fait un parcours différent? Celui qui s’est endetté de 25 000 pour être architech devra payer son prêt avec son  » revenu de base » non mais ça va pas , faites comme eux si vous aurez plus, Fidel Castro guys, il est Mort et enterré !

  4. Je ne comprend pas qu’une femme de 82 ans reçoit le 2 000$ du gouvernement fédéral

  5. Moi je suis pour un revenu de base general qui pourrait etre le 600 $ par mois par individu capable de travailler et 1200 pour ceux et celles qui ont des handicapes physiques ou mentaux severes qui les empechent de contribuer a la societe ainsi quune dispense pour les personnes de 65 ans et plus. Voila commemt je vois les choses. Mais il serait bien den avoir un vraiment ! …Beau projet!

  6. Est ce remboursable ou c est comme l aide social
    Suis sans emploi depuis mois de janvier et je n ai pas d’économie.
    Femme Monoparental avec un enfant en charge.ai je droit à cerevenu .Si oui comment y arriver

  7. Merci de votre commentaire.
    Il y a des différences majeures entre l’assistance sociale et le projet de revenu de base et l’une des principales, justement, c’est qu’il ne serait pas remboursable.
    Voir notre page À propos.

  8. Ce revenu de base est versé par qui? Y ai-je droit? J’aimerais avoir plus d’info sur le sujet.

  9. Le revenu de base est encore un projet. Il serait versé par le gouvernement, éventuellement; tous y auraient droit. Voir sa définition sur notre page d’accueil.

  10. Quand on voit le prix des loyers avec les hausses de l’épicerie, gaz, besoin hygiénique, Hydro et j’en passe avec seulement 2 000 $ par mois, c’est impossible de vivre !! Si vos statistiques ont été réalisées en septembre 2020 quand tout ou presque était sur arrêt et tout le monde vivait au minimum vos statistiques son pas réaliste. 

  11. Étant sur les contraintes sévères et incapable de travailler depuis un peu plus de 10 ans, le revenu de base ne semble en rien me convenir. Quelqu’un qui peut travailler 1 à 2 jours semaine, et qui prévoit faire quelques économies que ce soit, cela peut-être avantageux.

    Si déjà les sommes du 66/72 étaient versées selon le programme qui avait été établi par le PLC, la prestation mensuelle serait plus élevée et le montant annuel de l’augmentation du coût de la vie aussi.

  12. Bonjour,

    Je suis personellement favorable au concept de revenu de base. Je crois fermement que dans une société juste et équitable l’instauration d’une telle plateforme serait favorable pour tous les membres de la communauté en favorisant l’intégration des personnes les plus vulnérable. De plus in serait beaucoup plus facile d’instaurer un tel programme que d’avoir à faire avec une bureaucratie pratiquement infinie de tous les programmes sociaux existant qui sont à mon avis plus ou moins désuet. En effet, à mon avis, dans une société évolué comme la notre il m’est de plus em plus évident que le travail à titre d’occuper un emploi à proprement dit n’est pas la seule manière d’être productif en société, de par ce fait il incomble d’instaurer des programmes tel que celui-ci pour équilibrer la société vers une économie qui n’est pas seulement basé sur un revenu d’emploi. Des programmes tel que celui-ci ont parfois mauvais oeil face à une société comme la notre parce que nous avons été habituer à gagner un revenu d’emploi tous simplement, cependant cela amplifie l’idée que la seule façon d’être productif en société c’est d’être à la charge d’un employeur, ce qui est, à mon avis, une idée désuète datant d’une autre époque.

    Finalement, je suis extrèmement favorable à l’idée, je crois fermement que cela pourrait être bénéfique et cela sous plusieurs points, non seulement cela serait beaucoup plus flexible qu’une panoplies de programmes plus ou moins adaptés, mais cela désamorcerait une machine administrative de prestations gouvernementale presque sans fin en la simplifiant à sa plus simple expression.

    Merci et passez une excellente journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.