Point tournant

Le revenu de base peut accélérer notre reprise économique, créer des emplois et faire croître l’économie plus qu’il ne coûte. Ces conclusions, tirées d’une analyse indépendante, démontrent que l’excuse du coût trop élevé du revenu de base ne tient pas la route. Explorez les conclusions sur le site de UBI Works et découvrez comment ce tout nouveau rapport va changer la manière dont nous plaidons en faveur du revenu de base.

Pour faire du revenu de base une réalité, il ne suffit pas de convaincre nos voisins et nos représentants qu’il s’agit d’une bonne politique sociale. Trop de grandes idées ne sont jamais adoptées en raison de leur coût et de la perception qu’elles ralentiraient l’économie. C’est la raison pour laquelle UBI Works a consacré tant de ressources à ce rapport. On peut maintenant montrer que, non seulement le revenu de base est une politique sociale juste et efficace, mais qu’il s’agit également d’un investissement qui est bon pour l’économie et notre prospérité à long terme.

L’ancien sénateur conservateur Hugh Segal a commenté le rapport en disant: “Une trop grande partie des discussions concernant le revenu de base se concentre sur le seul coût. Cette analyse du CANCEA démontre que le rendement économique peut en fait être beaucoup plus important que le coût… C’est pourquoi l’étude du CANCEA sur les impacts économiques potentiels signifie tant et a tant de valeur”.

Nous sommes d’accord!

Les économistes du Centre canadien d’analyse économique ont fait leur travail. C’est maintenant à notre tour de nous assurer que nos dirigeants comprennent qu’il n’y a plus de bonnes raisons de retarder un revenu de base. Alors, s’il vous plaît, faites connaître ces conclusions à votre député et au Premier ministre Trudeau; et partagez sur Facebook ou retweetez.

Bon pour les étudiants, le revenu de base

Une étude de la CADEUL

En 2006, à l’occasion l’une des résurgences de l’idée du revenu de base, la Confédération des associations d’étudiants et d’étudiantes de l’Université Laval (CADEUL) a publié une étude sur l’«allocation universelle», son autre nom le plus courant.

Le point de vue des étudiants est rarement entendu sur le sujet et le texte l’étude n’a pas pris une ride. Voyez l’une de ses conclusions sur les avantages que les étudiants en retireraient.

(L’allocation universelle) permettra d’améliorer l’accessibilité aux études postsecondaires du moment où elle permet à l’étudiant d’améliorer sa situation financière et de prévoir moins de dettes au moment de l’obtention de son diplôme. Pour le gouvernement, et à part le changement ou non de ses dépenses en éducation postsecondaire, il retire de cette mesure des gains dus principalement au niveau plus élevé de scolarité. Ainsi, il pourra percevoir plus de recettes fiscales futures du moment où les revenus futurs dépendent d’une façon positive du niveau de scolarité: ce sont des effets d’entraînement. De l’autre côté, ce niveau plus élevé de scolarisation permettra de diminuer les coûts engendrés par la multiplication de criminalité et de délinquance dans la société.

L’allocation universelle et l’éducation postsecondaire
Enjeux et perspectives
p. 28

On peut télécharger le texte entier à cette adresse.