Le revenu universel, un droit moral… avec des bananes

[:fr]Ce billet est rédigé par Fabien Hammerer.

Un contre argument commun au revenu de base est celui que, pour fonctionner, la société a besoin du travail de chacun et que la garantie d’un versement universel provoquerait son effondrement. Celle-ci serait donc par essence illégitime.

Une des illustrations avancées par les opposants au revenu de base est celle de naufragés sur une île devant exploiter une ressource pour survivre, disons des bananes. Le bien être dans cette société naissante est déterminé par la quantité de bananes récoltées, fruit du travail de ses membres. Travail direct par la cueillette ou indirect par la fabrication de huttes ou préparation des repas. Il serait indécent pour un des naufragés de réclamer des bananes pour sa survie sans lui-même fournir de travail. Lui donner satisfaction conduirait, de fait, à réduire la quantité de bananes allouées aux autres naufragés, conduisant à l’affaiblissement général de la société.

Ce principe simple a longtemps gouverné nos sociétés et les gouverne encore. « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » nous dit la Bible. Sauf que notre île n’est plus déserte depuis bien longtemps.

Revenons à nos naufragés. Quelques années ont passé et les voici bien installés. Ils ont aménagé des plantations de bananes, facilitant les récoltes et augmentant les quantités produites. Il y a maintenant plus de bananes disponibles que la population de l’île ne peut consommer. Les premiers naufragés, dont les plus belles années de cueillette ont passé, peuvent profiter de cet excédent pour se reposer et profiter de leur labeur. De même, on décide d’allouer quelques bananes à ceux incapables de travailler. Ce coût en bananes est assuré par le travail de la population en bonne forme.

Passons encore quelques années. Les habitants de l’île ont maintenant des machines, permettant des récoltes d’une efficacité maximale et ne nécessitant que peu de manutention. Des montagnes de bananes s’accumulent tandis que toujours moins de travailleurs sont nécessaires pour les produire. La société de l’île fait alors face à un problème inédit : sa survie n’est plus directement liée au travail de ses membres. Il y a bien assez de bananes pour nourrir tout le monde, hommes, femmes, enfants de tous âges et de toutes capacités.

Le problème est maintenant de savoir comment se les répartir le plus justement. Les bananes produites appartiennent-elles uniquement à ceux qui travaillent, dans les plantations ou ailleurs ? Comment nourrir alors ceux dont le travail n’est plus requis ?

C’est ces questions auxquelles nous faisons face aujourd’hui. Le revenu universel se présente comme une option valable pour la répartition des bananes. Il n’est pas un droit naturel, au même titre que la liberté, mais dans une société d’abondance pour laquelle la force de travail n’est plus un facteur de développement, il devient un droit moral pour garantir à tous sa part minimale de bananes.

[:]

Publicités