Équipe

Jonathan Brun

Jonathan Brun est cofondateur et PDG de Nimonik, une entreprise consacrée au suivi de la législation en matière environnementale et de santé et sécurité ainsi qu’à l’exécution de vérifications sur des appareils mobiles. Jonathan est également le cofondateur de Montréal Ouvert, et Québec Ouvert, des initiatives populaires qui ont réussi à faire pression sur les gouvernements, résultant dans une politique de données ouvertes ainsi qu’un portail public permettant leur divulgation. Jonathan est également président du CA de Nord Ouvert, un organisme sans but lucratif ayant pour mission de créer des outils interactifs pour améliorer la démocratie. Jonathan croît qu’un revenu de base est un outil essentiel pour redynamiser notre démocratie, notre économie et réduire les inégalités dans la société québécoise.

Alexandre Chabot-Bertrand

Alexandre est diplômé de l’UQÀM en philosophie (2012). Il a étudié à l’UdeM, où il a entamé un mémoire de maîtrise sur l’allocation universelle (revenu de base). Il a aussi fait des stages d’étude et de recherches à l’étranger, soit en France à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I (2012) et en Belgique à la Chaire Hoover d’éthique économique et sociale (2013). Il a notamment travaillé à la Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique et il y consacre encore ses temps libres bénévolement. Aujourd’hui, Alexandre étudie en éducation spécialisée. Pour lui, l’allocation universelle (appellation qu’il dit préférer à celle de « revenu de base ») constitue une alternative juste et efficace pour lutter contre la pauvreté et la crise de l’État-providence, ainsi que pour surmonter les défis qu’imposent la « nouvelle économie » de la société post-industrielle.

Luc Gosselin

En congé auto-sabbatique à durée indéterminée, pour le moment, Luc Gosselin consacre une bonne partie de son temps à la promotion du revenu de base au Québec. Auparavant, il a travaillé en gestion, principalement dans les domaines de la philanthropie et de la culture, pendant quelque quarante ans. Diplômé de la faculté de lettres de l’Université Laval, il avait d’abord enseigné au collégial, mais ses intérêts l’ont bientôt fait se diriger vers le domaine culturel où il a été à la direction des relations publiques du Théâtre du Trident, à la direction du financement de l’Orchestre symphonique de Québec puis à celle du Festival d’été de Québec, à la direction administrative du Théâtre Blanc et à la direction générale du Théâtre jeunesse Les Gros Becs. Il a aussi été directeur général de la Fondation de l’Université Laval. Des séjours à l’étranger (Louisiane et Rwanda) se sont insérés dans ce parcours.

Simon Lejeune

Simon Lejeune est diplômé de la Louvain School of Management en Belgique, où il a été introduit au concept de revenu de base par un de ses supporters les plus éloquents, Philippe Van Parijs.
Il est actif au sein de l’écosystème tech de Montréal, où il a travaillé en gestion de la croissance pour des startups comme Busbud ou Hopper.
Pour lui, le revenu de base est une réponse nécessaire à l’écart grandissant des revenus entre les différentes parties de la population, l’automatisation grandissante du travail et l’aliénation générée par le système d’aide sociale actuel.

Conseillers

Stanislas Jourdain

Stanislas Jourdan est l’un des co-fondateurs du Mouvement Français pour un Revenu de base et organisateur de l’initiative citoyenne européenne pour le revenu de base qui a mobilisé près de 300 000 citoyens de l’union européenne en 2013. Depuis plusieurs années déjà, il met ses talents de journaliste, de meneur de projet et d’animateur de communauté au service du mouvement mondial pour le revenu de base. En 2014, il lance notamment L’Inconditionnel, le premier journal gratuit sur le revenu de base, diffusé à 60 000 exemplaires dans la francophonie.

Alexandre Bigot

Alexandre Bigot est un entrepreneur d’origine française, Québécois d’adoption. Associatif passionné ayant dirigé plusieurs associations étudiantes en France, il s’engage aujourd’hui pour le revenu de base au Québec. Pour Alexandre, le RBU apporte une réponse juste au bouleversement sociétal causé notamment par le développement des outils technologiques et ses impacts sur le marché de l’emploi. Développeur d’affaire pour une compagnie de consultation en technologie à Montréal le jour, il déchausse sa cravate le soir pour l’animation de OuiShare Québec : communauté connectant les initiatives collaboratives de la province. Alexandre s’engage finalement pour l’égalité H/F en animant le blog Ma femme est féministe regroupant des réflexions d’hommes sur le féminisme.