Un revenu de base au Québec (suite)

Le revenu minimum garanti, un bon outil pour réévaluer mon rapport au travail et à l’argent

Par Martin Zibeau, bénéficiaire d’un revenu de base en Gaspésie dans le cadre du projet de l’ARBRE

Si vous voulez écouter ce texte plutôt que le lire, c’est ici.

L’historien et auteur du très populaire livre Sapiens, Yuval Noah Harari, résume l’argent en ces quelques mots : L’argent est l’histoire la plus aboutie que l’humain ait jamais inventée et racontée, parce que c’est la seule histoire à laquelle tout le monde croit. Tout le monde ne croit pas en Dieu, tout le monde ne croit pas aux Droits Humains, tout le monde ne croit pas au nationalisme, mais tout le monde croit à l’argent et au billet vert.

Avec un ami en Gaspésie nous nous sommes amusés à malmener cette histoire, en coupant des billets de banque pour en faire, disions-nous, une monnaie alternative, le Demi. C’était notre histoire. Plusieurs personnes ont été intriguées par cette histoire. Mais surtout, à peu près aucune d’elles n’était indifférente au fait de prendre une paire de ciseaux et de couper un vingt dollars en deux. La plupart des réactions étaient viscérales. Les gens tremblaient, suaient ou riaient nerveusement. Nous avons vite réalisé à quel point notre rapport à l’argent, cette entité fictive, n’était pas clair.

Lorsque mon premier enfant est né il y a douze ans, j’avais 40 ans. J’avais été pauvre la grande majorité de ma vie avec des revenus oscillants entre 6 000 et 20 000$ par année. Dans la trentaine, expatrié dans le Grand-Nord canadien, j’ai aussi pu expérimenter l’opulence financière. Lorsque j’ai quitté mon dernier emploi payant à 40 ans, j’ai annoncé avec une pointe d’humour à mon patron du temps que je prenais ma retraite.

Douze ans plus tard, maintenant bénéficiaire d’un revenu minimum garanti depuis six mois, je reçois chaque semaine, sans aucune obligation, assez d’argent pour payer tout ce dont j’ai besoin pour vivre.

Ça vous organise une machine à penser ça!

Lorsque j’ai pris ma retraite humoristique à 40 ans, ma conjointe de l’époque et moi avions pu mettre de côté environ 30 000$. Et nous n’avions aucune dette. Une petite roulotte pour nous abriter, puis éventuellement une yourte sur le terrain d’ami-es. 

Pendant trois ans nous avons vécu sur ce 30 000$, apprenant à connaître notre nouvelle communauté gaspésienne et passant tout notre temps avec nos deux jeunes enfants.

Avec si peu d’argent, nous avons vite appris la valeur de ce dont nous avions vraiment besoin pour vivre. Puis au fil du temps, l’argent, cette fiction dont parle Yuval Noah Harari, fut de plus en plus relégué à son rang d’outil économique au même titre que d’autres outils comme les systèmes d’échange local ou la poignée de main.

Avec la réalisation de ce qu’est vraiment l’argent et de son utilisation minimale pendant trois ans est venue une remise en question en profondeur de mon rapport au travail. Particulièrement au salariat. 

Si j’avais besoin d’aussi peu que 10 000$ pour bien vivre par année, mais que la très grande majorité des emplois étaient des emplois à plus de 30h par semaine souvent non négociable, quelle était ma place dans la société ?

Après neuf ans de guerre psychologique avec moi-même, à résister à l’emploi à temps plein et plus particulièrement au travail-pour-faire-de-l’argent, me voilà maintenant pour toute une année, d’une certaine façon, indépendant de fortune.

Si pendant neuf ans je me suis entraîné à apprivoiser le salariat (ou plus exactement à résister au salariat) et à traiter l’argent pour l’entité fictive qu’il est, aujourd’hui mon nouveau combat est d’essayer de vivre avec l’image qu’on se fait d’une personne recevant de l’argent sans rien faire.

D’abord, est-ce possible de ne rien faire

La réponse est bien évidemment, non.

Alors, qu’est-ce que je fais de mon temps? 

Suis-je heureux? Suis-je utile? Suis-je rentable pour la société?

Explorons la question mathématiquement.

Pour l’année 2020, j’aurais coûté à l’état environ 26 000$. Dans la réalité, puisque le projet-pilote auquel je participe n’est pas subventionné par l’état, vous pouvez dormir tranquille, vous n’avez pas eu à payer personnellement pour cette expérimentation. Ce sera peut-être plus facile de cette façon d’en apprécier les résultats. 

Pour vivre en Gaspésie dans une petite maison avec une petite voiture, être connecté à internet et nous nourrir mes enfants et moi, ça me coûte chaque année 21 200$. Le projet pilote m’apporte 19 500$ plus les transferts gouvernementaux d’environ 7 500$. Il me reste donc environ 4 000$ pour les imprévus comme la dentiste, les réparations à la voiture et à la maison, etc. On s’entend que je ne roule pas sur l’or et que ce n’est pas avec ces montants que je vais me coller de l’argent de côté pour faire le tour du monde.

C’est un revenu de base, m’assurant que je puisse vivre au minimum, dignement.

Et ça marche.

Suis-je utile ou rentable pour la société?

Monétairement parlant, 100% de l’argent qui arrive d’un côté ressort immédiatement de l’autre. En d’autres mots, je fais rouler l’économie. Toutefois, il serait légitime de se demander de quelle économie il s’agit.

Le gros de mon argent retourne à la caisse populaire Desjardins sous forme d’hypothèque et d’intérêts. Hydro en reçoit une bonne partie ainsi que la municipalité en taxes foncières.

Dans un monde idéal, tout cet argent retournerait dans des entités locales, ou à tout le moins, n’ayant pas comme principal objectif l’enrichissement de quelques actionnaires ou PDG au détriment de la collectivité … mais ça c’est un autre débat.

Donc, en gros, tout cet argent que je reçois gratuitement retourne immédiatement dans l’économie pour nourrir d’autres bouches, du moins on l’espère. Mon petit budget nourriture va autant que possible vers les entreprises locales. C’est déjà ça.

Au quotidien, ce que ça veut dire concrètement, c’est que je peux choisir de quelle façon je contribue à la société. Dans un premier temps, ça me permet de prendre le temps d’être avec mes enfants qui ont maintenant 9 et 12 ans. Leur mère habitant à l’autre extrémité du continent, nous faisons une garde partagée aux quatre mois. J’ai dû inventer une forme d’éducation hybride école-maison, ce qui demande un certain temps. Le revenu de base me donne ce temps. 

J’ai aussi le temps de ne pas être à la course. Ça a l’air un peu bête dit comme ça, mais ayant déjà connu la vie avec pas d’temps pour rien faire, il y a là une forme de richesse que souvent seul-es les retraité-es plus âgé-es apprécient, en ajoutant souvent tristement … si j’avais su!

Ne pas être à la course, ça veut dire utiliser beaucoup moins la voiture. Pouvoir marcher ou faire du vélo pour aller faire mes courses. Courses auxquelles j’ai eu le temps de réfléchir ce qui évite les achats compulsifs. Je jardine. Loin d’être autosuffisant en nourriture, le temps que je mets à jardiner me semble un bon investissement dans le futur lorsqu’on prend le temps d’y réfléchir un peu … un temps que j’ai.

Peut-être me demanderez-vous ce que j’apporte concrètement à la société.

Outre avoir le luxe de l’oisiveté que défendait le philosophe Bertrand Russel(1)(2) comme étant la possibilité de vivre une vie heureuse, nous permettant d’être ainsi plus enclins à la bienveillance qu’à la persécution et la suspicion, recevoir un revenu de base me permet d’être disponible dans ma communauté. Aider des ami-es, mais aussi des inconnu-es et entreprises du coin. Et finalement, mais non le moindre bénéfice, créer. Créer de nouveaux projets concrets ou en améliorer d’autres, mais aussi créer du bien-être et du bonheur.

Je n’ai pas assez d’argent pour en gaspiller. Celui que j’ai doit être utilisé intelligemment, ce que le temps libre dont je dispose me permet de faire. Suis-je un plus ou un moins pour la société? Il faudrait le demander aux gens de ma communauté. En tout cas de mon côté, je me sens libre et heureux. Et j’ai le sentiment qu’à la fin de ma vie, si elle continue comme ça, je pourrai fermer les yeux sans le triste constat que nous partagent trop souvent nos aîné-es juste avant de partir avec cette impression de j’aurais-donc-dû.

  1. http://classiques.uqac.ca/contemporains/russell_bertrand/Eloge_oisivete/Eloge_oisivete_texte.html
  2.  https://www.youtube.com/watch?v=mhn2EmMzCsE

Le revenu minimum garanti, un bon outil pour réévaluer mon rapport au travail et à l’argent

Par Martin Zibeau, bénéficiaire d’un revenu de base en Gaspésie dans le cadre du projet de l’ARBRE

L’historien et auteur du très populaire livre Sapiens, Yuval Noah Harari, résume l’argent en ces quelques mots : L’argent est l’histoire la plus aboutie que l’humain ait jamais inventée et racontée, parce que c’est la seule histoire à laquelle tout le monde croit. Tout le monde ne croit pas en Dieu, tout le monde ne croit pas aux Droits Humains, tout le monde ne croit pas au nationalisme, mais tout le monde croit à l’argent et au billet vert.

Avec un ami en Gaspésie nous nous sommes amusés à malmener cette histoire, en coupant des billets de banque pour en faire, disions-nous, une monnaie alternative, le Demi. C’était notre histoire. Plusieurs personnes ont été intriguées par cette histoire. Mais surtout, à peu près aucune d’elles n’était indifférente au fait de prendre une paire de ciseaux et de couper un vingt dollars en deux. La plupart des réactions étaient viscérales. Les gens tremblaient, suaient ou riaient nerveusement. Nous avons vite réalisé à quel point notre rapport à l’argent, cette entité fictive, n’était pas clair.

Lorsque mon premier enfant est né il y a douze ans, j’avais 40 ans. J’avais été pauvre la grande majorité de ma vie avec des revenus oscillants entre 6 000 et 20 000$ par année. Dans la trentaine, expatrié dans le Grand-Nord canadien, j’ai aussi pu expérimenter l’opulence financière. Lorsque j’ai quitté mon dernier emploi payant à 40 ans, j’ai annoncé avec une pointe d’humour à mon patron du temps que je prenais ma retraite.

Douze ans plus tard, maintenant bénéficiaire d’un revenu minimum garanti depuis six mois, je reçois chaque semaine, sans aucune obligation, assez d’argent pour payer tout ce dont j’ai besoin pour vivre.

Ça vous organise une machine à penser ça!

Lorsque j’ai pris ma retraite humoristique à 40 ans, ma conjointe de l’époque et moi avions pu mettre de côté environ 30 000$. Et nous n’avions aucune dette. Une petite roulotte pour nous abriter, puis éventuellement une yourte sur le terrain d’ami-es. 

Pendant trois ans nous avons vécu sur ce 30 000$, apprenant à connaître notre nouvelle communauté gaspésienne et passant tout notre temps avec nos deux jeunes enfants.

Avec si peu d’argent, nous avons vite appris la valeur de ce dont nous avions vraiment besoin pour vivre. Puis au fil du temps, l’argent, cette fiction dont parle Yuval Noah Harari, fut de plus en plus relégué à son rang d’outil économique au même titre que d’autres outils comme les systèmes d’échange local ou la poignée de main.

Avec la réalisation de ce qu’est vraiment l’argent et de son utilisation minimale pendant trois ans est venue une remise en question en profondeur de mon rapport au travail. Particulièrement au salariat. 

Si j’avais besoin d’aussi peu que 10 000$ pour bien vivre par année, mais que la très grande majorité des emplois étaient des emplois à plus de 30h par semaine souvent non négociable, quelle était ma place dans la société ?

Après neuf ans de guerre psychologique avec moi-même, à résister à l’emploi à temps plein et plus particulièrement au travail-pour-faire-de-l’argent, me voilà maintenant pour toute une année, d’une certaine façon, indépendant de fortune.

Si pendant neuf ans je me suis entraîné à apprivoiser le salariat (ou plus exactement à résister au salariat) et à traiter l’argent pour l’entité fictive qu’il est, aujourd’hui mon nouveau combat est d’essayer de vivre avec l’image qu’on se fait d’une personne recevant de l’argent sans rien faire.

D’abord, est-ce possible de ne rien faire

La réponse est bien évidemment, non.

Alors, qu’est-ce que je fais de mon temps? 

Suis-je heureux? Suis-je utile? Suis-je rentable pour la société?

Explorons la question mathématiquement.

Pour l’année 2020, j’aurais coûté à l’état environ 26 000$. Dans la réalité, puisque le projet-pilote auquel je participe n’est pas subventionné par l’état, vous pouvez dormir tranquille, vous n’avez pas eu à payer personnellement pour cette expérimentation. Ce sera peut-être plus facile de cette façon d’en apprécier les résultats. 

Pour vivre en Gaspésie dans une petite maison avec une petite voiture, être connecté à internet et nous nourrir mes enfants et moi, ça me coûte chaque année 21 200$. Le projet pilote m’apporte 19 500$ plus les transferts gouvernementaux d’environ 7 500$. Il me reste donc environ 4 000$ pour les imprévus comme la dentiste, les réparations à la voiture et à la maison, etc. On s’entend que je ne roule pas sur l’or et que ce n’est pas avec ces montants que je vais me coller de l’argent de côté pour faire le tour du monde.

C’est un revenu de base, m’assurant que je puisse vivre au minimum, dignement.

Et ça marche.

Suis-je utile ou rentable pour la société?

Monétairement parlant, 100% de l’argent qui arrive d’un côté ressort immédiatement de l’autre. En d’autres mots, je fais rouler l’économie. Toutefois, il serait légitime de se demander de quelle économie il s’agit.

Le gros de cet argent retourne à la caisse populaire Desjardins sous forme d’hypothèque et d’intérêts. Hydro en reçoit une bonne partie ainsi que la municipalité en taxes foncières.

Dans un monde idéal, tout cet argent retournerait dans des entités locales, ou à tout le moins, n’ayant pas comme principal objectif l’enrichissement de quelques actionnaires ou PDG au détriment de la collectivité … mais ça c’est un autre débat.

Donc, en gros, tout cet argent que je reçois gratuitement retourne immédiatement dans l’économie pour nourrir d’autres bouches, du moins on l’espère. Mon petit budget nourriture va autant que possible vers les entreprises locales. C’est déjà ça.

Au quotidien, ce que ça veut dire concrètement, c’est que je peux choisir de quelle façon je contribue à la société. Dans un premier temps, ça me permet de prendre le temps d’être avec mes enfants qui ont maintenant 9 et 12 ans. Leur mère habitant à l’autre extrémité du continent, nous faisons une garde partagée aux quatre mois. J’ai dû inventer une forme d’éducation hybride école-maison, ce qui demande un certain temps. Le revenu de base me donne ce temps. 

J’ai aussi le temps de ne pas être à la course. Ça a l’air un peu bête dit comme ça, mais ayant déjà connu la vie avec pas d’temps pour rien faire, il y a là une forme de richesse que souvent seul-es les retraité-es plus âgé-es apprécient, en ajoutant souvent tristement … si j’avais su!

Ne pas être à la course, ça veut dire utiliser beaucoup moins la voiture. Pouvoir marcher ou faire du vélo pour aller faire mes courses. Courses auxquelles j’ai eu le temps de réfléchir ce qui évite les achats compulsifs. Je jardine. Loin d’être autosuffisant en nourriture, le temps que je mets à jardiner me semble un bon investissement dans le futur lorsqu’on prend le temps d’y réfléchir un peu … un temps que j’ai.

Peut-être me demanderez-vous ce que j’apporte concrètement à la société.

Outre avoir le luxe de l’oisiveté que défendait le philosophe Bertrand Russel(1)(2) comme étant la possibilité de vivre une vie heureuse, nous permettant d’être ainsi plus enclins à la bienveillance qu’à la persécution et la suspicion, recevoir un revenu de base me permet d’être disponible dans ma communauté. Aider des ami-es, mais aussi des inconnu-es et entreprises du coin. Et finalement, mais non le moindre bénéfice, créer. Créer de nouveaux projets concrets ou en améliorer d’autres, mais aussi créer du bien-être et du bonheur.

Je n’ai pas assez d’argent pour en gaspiller. Celui que j’ai doit être utilisé intelligemment, ce que le temps libre dont je dispose me permet de faire. Suis-je un plus ou un moins pour la société? Il faudrait le demander aux gens de ma communauté. En tout cas de mon côté, je me sens libre et heureux. Et j’ai le sentiment qu’à la fin de ma vie, si elle continue comme ça, je pourrai fermer les yeux sans le triste constat que nous partagent trop souvent nos aîné-es juste avant de partir avec cette impression de j’aurais-donc-dû.

  1. http://classiques.uqac.ca/contemporains/russell_bertrand/Eloge_oisivete/Eloge_oisivete_texte.html
  2.  https://www.youtube.com/watch?v=mhn2EmMzCsE

Urgence et revenu de base

La pandémie que nous subissons actuellement donne à réfléchir, c’est le moins que l’on puisse dire; entre autres sujet de réflexion, il y a le rôle que pourrait y jouer un revenu universel, temporaire ou non, afin de diminuer les difficultés que toute urgence nous fait connaître.

L’Institut Brookings a publié récemment un article de Ugo Gentilini qui soutient que dans la lutte contre COVID-19, il pourrait bien y avoir un rôle pour un revenu de base universel unique, mais qu’une délibération minutieuse est nécessaire pour établir si c’est la meilleure réponse politique.

Il fait cinq propositions d’utilisation d’un tel revenu pour lutter contre une pandémie. Selon lui, les expériences précédentes d’interventions permettent de tirer cinq leçons. Elles concernent:
– les risques d’inflation,
– les tensions sur les systèmes de distribution,
– la communication,
– la synchronisation avec d’autres filets de sécurité
– et l’utilisation de crises temporaires pour apporter des changements permanents.

Pour en savoir plus, lire l’article.

Mise en oeuvre attendue

Dans un communiqué récent, à l’approche du dévoilement du budget 2020-2021, le Collectif pour un Québec sans pauvreté rappelle quelques urgences au gouvernement Legault, dont:

Mettre en œuvre le revenu de base

Extrait:

«Voilà près de deux ans que le projet de loi visant l’instauration du programme de Revenu de base a été adopté et le règlement visant sa mise en œuvre n’a toujours pas été édicté, souligne Serge Petitclerc en terminant. Rien ne justifie un tel report. Rappelons que ce programme est censé assurer des revenus à la hauteur de la MPC [Mesure du panier de consommation] aux personnes avec des contraintes sévères à l’emploi, en plus de les exempter de plusieurs des conditions et pénalités inhérentes aux autres programmes d’aide de dernier recours.

«Le Collectif tient à ce que le règlement soit adopté rapidement afin de confirmer que les gens auront bel et bien accès à un revenu leur permettant de couvrir la totalité de leurs besoins de base et aux autres mesures promises comme l’individualisation des prestations, l’exemption des gains de travail et l’exclusion unique de 500 000 $ pour la valeur des biens et les avoirs liquides. Le gouvernement a créé de telles attentes avec ce programme que tout recul serait intolérable.»

SOURCE:

Merci au Collectif: c’est un rappel opportun.

Pour en lire plus:
https://www.lelezard.com/communique-19162185.html

Députations du Québec

Pour lui écrire un courriel en cliquant sur son nom puis sur contact ou coordonnées, trouvez ici qui vous représente à l’Assemblée nationale ou au Parlement canadien.

Dites-lui que le revenu de base mérite son attention, demandez-lui son opinion sur le sujet.

Les membres de l’Assemblée nationale sont:

Allaire, SimonMaskinongéCoalition avenir Québec
Anglade, DominiqueSaint-Henri–Sainte-AnneParti libéral du Québec
Arcand, PierreMont-Royal–OutremontParti libéral du Québec
Arseneau, JoëlÎles-de-la-MadeleineParti québécois
Asselin, MarioVanier-Les RivièresCoalition avenir Québec
Bachand, AndréRichmondCoalition avenir Québec
Barrette, GaétanLa PinièreParti libéral du Québec
Bélanger, GillesOrfordCoalition avenir Québec
Benjamin, FrantzViauParti libéral du Québec
Bérubé, PascalMatane-MatapédiaParti québécois
Birnbaum, DavidD’Arcy-McGeeParti libéral du Québec
Blais, MargueritePrévostCoalition avenir Québec
Blais, SuzanneAbitibi-OuestCoalition avenir Québec
Bonnardel, FrançoisGranbyCoalition avenir Québec
Boulet, JeanTrois-RivièresCoalition avenir Québec
Boutin, JoëlleJean-TalonCoalition avenir Québec
Bussière, RobertGatineauCoalition avenir Québec
Caire, ÉricLa PeltrieCoalition avenir Québec
Campeau, RichardBourgetCoalition avenir Québec
Carmant, LionelTaillonCoalition avenir Québec
Caron, VincentPortneufCoalition avenir Québec
Charbonneau, FrancineMille-ÎlesParti libéral du Québec
Charest, IsabelleBrome-MissisquoiCoalition avenir Québec
Charette, BenoitDeux-MontagnesCoalition avenir Québec
Chassé, MarieChantalChâteauguayCoalition avenir Québec
Chassin, YouriSaint-JérômeCoalition avenir Québec
Ciccone, EnricoMarquetteParti libéral du Québec
D’Amours, SylvieMirabelCoalition avenir Québec
Dansereau, SuzanneVerchèresCoalition avenir Québec
David, HélèneMarguerite-BourgeoysParti libéral du Québec
Derraji, MonsefNelliganParti libéral du Québec
Dorion, CatherineTaschereauQuébec solidaire
Dubé, ChristianLa PrairieCoalition avenir Québec
Dufour, PierreAbitibi-EstCoalition avenir Québec
Émond, Jean-BernardRichelieuCoalition avenir Québec
Fitzgibbon, PierreTerrebonneCoalition avenir Québec
Fontecilla, AndrésLaurier-DorionQuébec solidaire
Fortin, AndréPontiacParti libéral du Québec
Foster, ÉmilieCharlevoix–Côte-de-BeaupréCoalition avenir Québec
Fournier, CatherineMarie-VictorinIndépendante
Gaudreault, MaryseHullParti libéral du Québec
Gaudreault, SylvainJonquièreParti québécois
Ghazal, RubaMercierQuébec solidaire
Girard, EricGroulxCoalition avenir Québec
Girard, ÉricLac-Saint-JeanCoalition avenir Québec
Girault, NadineBertrandCoalition avenir Québec
Grondin, AgnèsArgenteuilCoalition avenir Québec
Guilbault, GenevièveLouis-HébertCoalition avenir Québec
Guillemette, NancyRobervalCoalition avenir Québec
Hébert, GenevièveSaint-FrançoisCoalition avenir Québec
Hivon, VéroniqueJolietteParti québécois
IsaBelle, ClaireHuntingdonCoalition avenir Québec
Jacques, FrançoisMéganticCoalition avenir Québec
Jeannotte, ChantaleLabelleCoalition avenir Québec
Jolin-Barrette, SimonBorduasCoalition avenir Québec
Julien, JonatanCharlesbourgCoalition avenir Québec
Kelley, GregoryJacques-CartierParti libéral du Québec
Labrie, ChristineSherbrookeQuébec solidaire
Lachance, StéphanieBellechasseCoalition avenir Québec
Lacombe, MathieuPapineauCoalition avenir Québec
Laforest, AndréeChicoutimiCoalition avenir Québec
Laframboise, MarioBlainvilleCoalition avenir Québec
Lafrenière, IanVachonCoalition avenir Québec
Lamontagne, AndréJohnsonCoalition avenir Québec
Lamothe, DenisUngavaCoalition avenir Québec
Lavallée, LiseRepentignyCoalition avenir Québec
LeBel, HaroldRimouskiParti québécois
LeBel, SoniaChamplainCoalition avenir Québec
Lecours, IsabelleLotbinière-FrontenacCoalition avenir Québec
Lecours, LucieLes PlainesCoalition avenir Québec
Leduc, AlexandreHochelaga-MaisonneuveQuébec solidaire
Lefebvre, ÉricArthabaskaCoalition avenir Québec
Legault, FrançoisL’AssomptionCoalition avenir Québec
Leitão, Carlos J.Robert-BaldwinParti libéral du Québec
Lemay, MathieuMassonCoalition avenir Québec
Lemieux, LouisSaint-JeanCoalition avenir Québec
Lessard-Therrien, ÉmiliseRouyn-Noranda–TémiscamingueQuébec solidaire
Lévesque, MathieuChapleauCoalition avenir Québec
Lévesque, SylvainChauveauCoalition avenir Québec
Maccarone, JenniferWestmount–Saint-LouisParti libéral du Québec
Marissal, VincentRosemontQuébec solidaire
Martel, DonaldNicolet-BécancourCoalition avenir Québec
Massé, ManonSainte-Marie–Saint-JacquesQuébec solidaire
McCann, DanielleSanguinetCoalition avenir Québec
Melançon, IsabelleVerdunParti libéral du Québec
Ménard, NicoleLaporteParti libéral du Québec
Montpetit, MarieMaurice-RichardParti libéral du Québec
Nadeau-Dubois, GabrielGouinQuébec solidaire
Nichols, Marie-ClaudeVaudreuilParti libéral du Québec
Ouellet, MartinRené-LévesqueParti québécois
Ouellette, GuyChomedeyIndépendant
Paradis, FrançoisLévisCoalition avenir Québec
Perry Mélançon, MéganneGaspéParti québécois
Picard, MarcChutes-de-la-ChaudièreCoalition avenir Québec
Picard, MarilyneSoulangesCoalition avenir Québec
Polo, SaulLaval-des-RapidesParti libéral du Québec
Poulin, SamuelBeauce-SudCoalition avenir Québec
Proulx, CarolineBerthierCoalition avenir Québec
Proulx, Marie-EveCôte-du-SudCoalition avenir Québec
Provençal, LucBeauce-NordCoalition avenir Québec
Reid, ClaudeBeauharnoisCoalition avenir Québec
Richard, LorraineDuplessisParti québécois
Rizqy, MarwahSaint-LaurentParti libéral du Québec
Roberge, Jean-FrançoisChamblyCoalition avenir Québec
Robitaille, PauleBourassa-SauvéParti libéral du Québec
Rotiroti, FilomenaJeanne-Mance–VigerParti libéral du Québec
Rouleau, ChantalPointe-aux-TremblesCoalition avenir Québec
Rousselle, JeanVimontParti libéral du Québec
Roy, NathalieMontarvilleCoalition avenir Québec
Roy, SylvainBonaventureParti québécois
Samson, ClaireIbervilleCoalition avenir Québec
Sauvé, MoniqueFabreParti libéral du Québec
Schneeberger, SébastienDrummond–Bois-FrancsCoalition avenir Québec
Simard, Jean-FrançoisMontmorencyCoalition avenir Québec
Skeete, ChristopherSainte-RoseCoalition avenir Québec
Soucy, ChantalSaint-HyacintheCoalition avenir Québec
St-Pierre, ChristineAcadieParti libéral du Québec
Tanguay, MarcLaFontaineParti libéral du Québec
Tardif, DenisRivière-du-Loup–TémiscouataCoalition avenir Québec
Tardif, Marie-LouiseLaviolette–Saint-MauriceCoalition avenir Québec
Thériault, LiseAnjou–Louis-RielParti libéral du Québec
Thouin, Louis-CharlesRousseauCoalition avenir Québec
Tremblay, FrançoisDubucCoalition avenir Québec
Weil, KathleenNotre-Dame-de-GrâceParti libéral du Québec
Zanetti, SolJean-LesageQuébec solidaire

Les membres québécois du Parlement canadien sont:

Amos, WilliamPontiacLibéral
Barsalou-Duval, XavierPierre-Boucher—Les Patriotes—VerchèresBloc Québécois
Beaulieu, MarioLa Pointe-de-l’ÎleBloc Québécois
Bendayan, RachelOutremontLibéral
Bergeron, StéphaneMontarvilleBloc Québécois
Berthold, LucMégantic—L’ÉrableConservateur
Bérubé, SylvieAbitibi—Baie-James—Nunavik—EeyouBloc Québécois
Bessette, LyneBrome—MissisquoiLibéral
Bibeau, L’hon. Marie-ClaudeCompton—StansteadLibéral
Blanchet, Yves-FrançoisBeloeil—ChamblyBloc Québécois
Blanchette-Joncas, MaximeRimouski-Neigette—Témiscouata—Les BasquesBloc Québécois
Blaney, L’hon. StevenBellechasse—Les Etchemins—LévisConservateur
Boudrias, MichelTerrebonneBloc Québécois
Boulerice, AlexandreRosemont—La Petite-PatrieNPD
Brière, ÉlisabethSherbrookeLibéral
Brunelle-Duceppe, AlexisLac-Saint-JeanBloc Québécois
Chabot, LouiseThérèse-De BlainvilleBloc Québécois
Champagne, L’hon. François-PhilippeSaint-Maurice—ChamplainLibéral
Champoux, MartinDrummondBloc Québécois
Charbonneau, LouiseTrois-RivièresBloc Québécois
DeBellefeuille, ClaudeSalaberry—SuroîtBloc Québécois
Deltell, GérardLouis-Saint-LaurentConservateur
Desbiens, CarolineBeauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans—CharlevoixBloc Québécois
Desilets, LucRivière-des-Mille-ÎlesBloc Québécois
Dhillon, AnjuDorval—Lachine—LaSalleLibéral
Dubourg, EmmanuelBourassaLibéral
Duclos, L’hon. Jean-YvesQuébecLibéral
El-Khoury, FayçalLaval—Les ÎlesLibéral
Fergus, GregHull—AylmerLibéral
Fortin, Rhéal ÉloiRivière-du-NordBloc Québécois
Garneau, L’hon. MarcNotre-Dame-de-Grâce—WestmountLibéral
Gaudreau, Marie-HélèneLaurentides—LabelleBloc Québécois
Généreux, BernardMontmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-LoupConservateur
Gill, MarilèneManicouaganBloc Québécois
Godin, JoëlPortneuf—Jacques-CartierConservateur
Gourde, JacquesLévis—LotbinièreConservateur
Guilbeault, L’hon. StevenLaurier—Sainte-MarieLibéral
Housefather, AnthonyMont-RoyalLibéral
Iacono, AngeloAlfred-PellanLibéral
Joly, L’hon. MélanieAhuntsic-CartiervilleLibéral
Koutrakis, AnnieVimyLibéral
Lambropoulos, EmmanuellaSaint-LaurentLibéral
Lametti, L’hon. DavidLaSalle—Émard—VerdunLibéral
Larouche, AndréanneSheffordBloc Québécois
Lattanzio, PatriciaSaint-Léonard—Saint-MichelLibéral
Lauzon, StéphaneArgenteuil—La Petite-NationLibéral
Lebouthillier, L’hon. DianeGaspésie—Les Îles-de-la-MadeleineLibéral
Lehoux, RichardBeauceConservateur
Lemire, SébastienAbitibi—TémiscamingueBloc Québécois
Lightbound, JoëlLouis-HébertLibéral

Tenez-nous au courant de leurs réponses, ou non réponses…