Le revenu de base dans la campagne électorale

Nous allons publier ici, à mesure que nous les trouverons, les prises de positions sur le revenu de base des partis en lice.

Voici ce que nous avons trouvé au 26 septembre.

Merci de nous faire connaître tout complément d’information.

Citations tirées des plate-formes

Parti Vert

La vision verte : le Canada en 2030

L’incidence de pauvreté a chuté car tout le monde est assuré d’un revenu minimum garanti. Le revenu minimum garanti a permis d’amortir l’effet des pertes d’emplois causées par l’automatisation en aidant de nombreuses personnes à poursuivre leurs études, à améliorer leurs compétences ou à s’acquitter de leurs tâches d’aidants naturels.

RÉPONDRE AUX PERTURBATIONS CRÉÉES PAR L’AUTOMATISATION

Travailler avec les provinces, territoires et peuples autochtones pour mettre sur pied un revenu minimum garanti afin d’assurer une sécurité du revenu à tous et toutes, y compris aux travailleurs et travailleuses déplacés (voir Mettre fin à la pauvreté ).

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Introduire un revenu minimum garanti afin de réduire l’anxiété face aux perturbations imprévisibles du monde du travail.

RENFORCER LES REVENUS ET SOUTENIR LES TRAVAILLEURS ET LES TRAVAILLEUSES

Remplacer par un nouveau programme universel de revenu minimum garanti (RMG) l’actuel éventail de mesures de soutien du revenu telles les prestations d’invalidité, l’aide sociale et autres suppléments du revenu à l’intention des aînés. En s’inspirant de la Mesure du panier de consommation (MPC), le revenu minimum garanti pourrait varier selon les régions. On pourrait passer par le Conseil des gouvernements du Canada pour négocier le revenu minimum garanti dans les différentes régions du pays. À la différence des programmes de supplément du revenu existants, le revenu minimum garanti ne serait pas récupéré. Ceux qui gagnent plus que le revenu total admissible rendraient le RMG par le biais de leurs impôts.

Nouveau parti démocratique

LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ

Les néo-démocrates collaboreront avec les provinces pour lancer un projet pilote pancanadien sur le revenu de base, en plus de poursuivre le programme de l’Ontario, afin de recueillir des données sur cette manière de lutter contre la précarité du revenu. 

Parti libéral

Il ne semble pas y avoir de mention du revenu de base, ou d’un programme apparenté, dans l’état actuel de la plate-forme du Parti libéral. Cependant, le sujet faisait l’objet de résolutions lors de deux congrès récents.

2014
Résolution prioritaire proposée par Parti libéral du Canada (Île du Prince Édouard)

Il est résolu qu’un gouvernement fédéral libéral collabore avec les provinces et les territoires pour établir et fournir un revenu annuel de base, dans le cadre de l’actuel Transfert canadien en matière de programmes sociaux, en veillant à ce que les particularités provinciales et territoriales soient prises en compte.

2016
Résolution prioritaire proposée par Parti libéral du Canada (Manitoba)

Il est résolu que le Parti libéral du Canada, en consultation avec les provinces, élabore une stratégie de réduction de la pauvreté visant à fournir un revenu minimum garanti.

Cette dernière résolution était fondée sur une longue explication qui, en elle-même, était tout un programme. Il est d’autant plus désolant qu’elle n’ait pas mené à l’action. Voici cette explication:

L’écart entre les riches et les pauvres au Canada, qui ne cesse de s’agrandir, aboutira à des tensions sociales ainsi qu’à l’augmentation des taux de criminalité et de violence. Les recherches démontrent qu’un revenu minimum garanti peut réduire cet écart et assurer la sécurité sociale sans entraîner aucun coût supplémentaire. Les gains en termes de santé, de justice, d’éducation et de bien-être social, tout comme la promotion de citoyens(nes) et contribuables indépendant(e)s, compensent plus que largement l’investissement. Le programme Mincome était une expérimentation sociale de revenu de base annuel inconditionnel qui fut menée dans la ville de Dauphin, au Manitoba, dans les années 1970. Le projet, financé conjointement par le gouvernement provincial du Manitoba et le gouvernement fédéral canadien, fut lancé par le biais d’un communiqué de presse le 22 février 1974 et abandonné en 1979. Le projet avait pour but de déterminer si la mise en place d’un revenu annuel minimum garanti et inconditionnel dissuaderait les bénéficiaires de travailler et, si oui, dans quelle mesure.

Bien qu’un rapport n’ait jamais été produit, Dre Evelyn Forget a conclus une analyse du programme en 2009 qui fut publié en 2011. Dr. Forget trouva que pendant la période que le programme Mincome fut actif, il y eut un amoindrissement de visites hospitalières de 8.5%; les accidents liées au travail furent moins nombreux, et les salles d’urgence ont traité moins d’incidents d’abus domestique et d’accidents véhiculaires. Il y avait aussi une réduction dans le taux d’hospitalisation psychiatrique et dans le nombre de consultations liés aux problèmes de santé mentale.

Descriptions que l’on trouve sous la rubrique «affordability» dans un article de Reuters: 

Parti Libéral
(pas de mention de «basic income»):

Add after-school care spaces for children under 10 and increase the Canada Child Benefit and Old Age Security payments. Decrease cost of cell phone plans by 25% over four years.

Parti Conservateur
(pas de mention de «basic income»):

Make maternity benefits tax-free. Create a tax credit for children’s fitness and arts programs. Increase government contributions to Registered Education Savings Plans.

Nouveau parti démocratique
(pas de mention de «basic income»):

Invest C$1 billion in childcare. Implement a price cap on cell phone plans. Eliminate post-secondary tuition.

Parti Vert
(mention de «basic income»):

Implement a universal basic income. Eliminate post-secondary tuition.

https://ca.reuters.com/article/topNews/idCAKBN1W82GP-OCATP

La Semaine internationale du revenu de base, au Québec

Du 16 au 22 septembre, ce sera la 12ème Semaine internationale du revenu de base.

Comme nous le faisons depuis 2014, les membres et les collaborateurs de Revenu de base Québec soulignent cette Semaine par diverses activités.

Cette année, nous aurons des événements de Montréal à Gaspé en passant par Québec et Rimouski.

Neuf événements au total. Choisissez le vôtre

Lundi, 16 septembre, autour de 8h40
à la radio CKIA FM
en direct sur Facebook et YouTube

C’est à l’émission de Marjorie Champagne, Québec, réveille!, au poste CKIA FM de la Ville de Québec, que débutera la portion québécoise de la 12e Semaine internationale du revenu de base (Basic Income Week).

Diffusée en direct sur FaceBook et YouTube, l’émission est aussi disponible en balado-diffusion. Elle est un bon exemple de la vocation de cette «radio communautaire urbaine et citoyenne qui favorise l’émergence d’une société inclusive, solidaire et progressiste». Difficile de trouver mieux pour parler de revenu de base et de la programmation québécoise de sa Semaine internationale.

Mardi, 17 septembre, 17h
Bureau de Montréal de RBQ
5445, ave de Gaspé, bureau 602
(cherchez Nimonik, sur la porte)

Il y un projet d’expérimentation du revenu de base qui est en train de se développer dans l’Est du Québec. C’est un regroupement de gens travaillant en santé et dans la lutte contre la pauvreté qui l’élaborent sous le nom Alliance Revenu de Base Régions Est et le bel acronyme ARBRE.

L’un des promoteurs du projet, le docteur Yv Bonnier Viger, en fera la présentation. Il est directeur de la Santé publique Gaspésie-Les-Îles-de-la Madeleine; il représente le volet santé de l’Alliance. Les autres membres sont réunis autour du Rassemblement des assistées sociales et assistés sociaux du Témiscouata (RASST).

Horaire de la rencontre:
17h
Accueil, échanges informelles
17h30
Présentation du projet de l’Alliance Revenu de Base Régions Est
18h
Échanges sur ce sujet
18h30
Bières et repas, sur place ou dans un restaurant voisin, selon l’humeur de participants

Mercredi, 18 septembre, de 11h45 à 13h
à l’Université Laval, dîner-conférence
local 2419, Pavillon Charles-De-Koninck

Preuve de l’intérêt grandissant du revenu de base au Québec, comme partout au monde, deux jeunes personnes d’ici en ont fait le sujet de leur maîtrise.

Elles viendront nous les présenter dans le cadre des conférences organisées par le Centre d’analyse des politiques publiques (CAPP) et les Rendez-vous de science politique de l’Université Laval.

Ambre Fourrier a vu son mémoire publié chez Éditions Écosociété sous le titre «Le revenu de base en question». Elle y fait un tour d’horizon très éclairant des différentes propositions qui ont cours en ce moment et montre comment elles se complètent ou s’opposent. De plus, elle prend une position personnelle sur le sujet, dans la perspective de l’idée de la décroissance.

Alexandre Malenfant a fait sa maîtrise à l’Université de Tampere, en Finlande, un haut-lieu mondial de réflexion sur le revenu de base. Il a comparé les attitudes de syndicats finlandais et canadiens sur le sujet. À mesure que le débat prendra de l’envergure, il faut s’attendre que les syndicats aient leur mot à dire et que celui-ci pèse assez lourd. La recherche d’Alexandre Malenfant nous y prépare.

C’est le directeur du CAPP, Steve Jacob, qui présentera les conférenciers. Un membre de Revenu de base Québec agira comme modérateur.

Mercredi, 18 septembre, 17h à 19h
Librairie Saint-Jean-Baptiste
565, rue Saint-Jean, Québec

Faisant contre-point avec le dîner-conférence à l’université, le midi, cette fois dans le cadre décontracté de la chaleureuse Librairie Saint-Jean-Baptiste, Ambre Fourrier et Alexandre Malenfant viendront présenter le résultat de leurs recherches sur le revenu de base.

Cela pourra donner lieu à des échanges riches, à la fois, de l’expertise tirée de leurs études toutes récentes et des questionnements des personnes qui y participeront.

Jeudi, 19 septembre, 17h
Cégep de Gaspé
96, rue Jacques-Cartier, Gaspé

Le revenu de base est-il un outil efficace pour développer notre région?

Le directeur de la Santé publique Gaspésie-Les-Ïles-de-la-Madeleine, Yv Bonnier Viger, pose la question. La recherche qu’il poursuit sur le sujet, avec des collègues du Bas-Saint-Laurent, des citoyennes et des citoyens et d’autres acteurs sociaux permet d’établir sur des fondements solides la réponse à y donner.

Ses concitoyens sont invités à venir y réfléchir avec lui.

Vendredi, 20 septembre, entre 10 et 11h,
à CKIA FM

Le Groupe de simplicité volontaire de la Ville de Québec a une émission au poste CKIA FM: En toute simplicité. Ses animateurs, Jacques Delorme et Jacques Sénéchal recevront un membre de Revenu de base Québec à l’occasion de la Semaine internationale.

Il y a beaucoup de connexions entre les deux sujets: il y a fort parier, par exemple, que les tenants de la simplicité volontaire sauraient très bien utiliser un revenu de base… Bonne conversation en perspective!

Vendredi, 20 septembre de 13h30 à 16h
au Cinéma Paraloeil
274, rue Michaud, Rimouski

Jour de paye, de Christian Tod, le tout dernier film important sur le revenu de base sera présenté à Rimouski, dans sa version sous-titrée en français, en première nord-américaine.

C’est une initiative du cinéma PARALOEIL et du Regroupement Contre l’Appauvrissement Rimouski-Neigette pour la 12e Semaine internationale du revenu de base. Elle s’inscrit aussi dans la réflexion bien entamée sur le sujet dans le Bas-Saint-Laurent avec le projet ARBRE (Alliance Revenu de Base Régions Est).

Une excellente occasion de placer ce beau grand projet dans le mouvement mondial pour le revenu de base!

Horaire:
13h30 – Mot d’introduction / présentation des prochains films
13h45 – début du film
14h20 – fin du film
14h25 début de la discussion
16h fin de la discussion

Vendredi, 20 septembre, à 19h
à la Brasserie Benelux
245, Sherbrooke Ouest, Montréal

5 à 7 BIÈRES ET REVENU DE BASE
Venez rencontrer des militants du revenu de base et discuter des prochaines étapes pour le mouvement au Québec.

Dimanche, 22 septembre, à partir de 14h
Librairie Saint-Jean-Baptiste
565, rue Saint-Jean, Québec

Luc Gosselin, membre de Revenu de base Québec et de l’Alliance Revenu de Base des Régions Est (ARBRE) présentera l’ambitieux projet de l’Alliance d’expérimenter une «assurance revenu de base» pour un vaste territoire et sur une période de 20 ans.

La rencontre aura comme ressource pour les échanges une excellente présentation du projet préparée par le docteur Yv Bonnier Viger qui est le directeur de la Santé publique pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine et l’un des fondateurs d’ARBRE.

Les autres personnes fondatrices de l’Alliance sont membres ou proches du Regroupement des assistées sociales et assistés sociaux du Témiscouata (RASST). Ce Regroupement s’intéresse au revenu de base depuis de nombreuses années.

Approchant le sujet sous les angles de la santé et de la lutte contre la pauvreté, les membres de l’Alliance en ont acquis une expertise complémentaire incomparable. Le sérieux de leur ambitieux projet est indubitable.

À connaître!

Et c’est une excellente conclusion à la programmation québécoise de la 12ème Semaine internationale du revenu de base.