Pourquoi les projets pilotes de revenu de base ne fonctionnent pas

Pendant de nombreuses années, les défenseurs du revenu de base ont fait pression pour que des projets pilotes démontrent le pouvoir de donner de l’argent à tous les citoyens. Tous les partisans semblent utiliser le projet de courte durée de Dauphin, au Manitoba, qui eut lieu dans les années 1970, comme un argument en faveur d’autres projets. Ces pressions exercées par les défenseurs du revenu de base ont donné lieu à deux projets pilotes: l’un en Finlande et l’autre en Ontario. Le projet finlandais se terminera selon toute vraisemblance à la fin de 2018. En effet, avec le parti actuellement au pouvoir, qui était dans l’opposition lorsque le projet a été adopté et qui s’y opposait fortement, rien n’indique que le projet sera prolongé. Quant à l’Ontario, le nouveau gouvernement a annoncé son intention de mettre fin à un projet qui vient à peine de commencer. Ces exemples démontrent bien la fragilité politique de ce type d’expérimentation pour le mouvement mondial du revenu de base.

Le but de ces projets était de recueillir des données scientifiques sur les effets du revenu de base et de s’en servir pour convaincre le public, les bureaucrates et les politiciens qu’il s’agissait d’une idée réaliste et logique. Cependant, la sphère publique étant ce qu’elle est, les deux projets n’ont pas donné les résultats escomptés. Il s’agit ici du coeur du problème : si des projets de revenu de base sont lancés par des politiciens, ils seront arrêtés par des situations politiques.

Les deux projets pilotes mis en place partageaient le même défaut : ils visaient tous deux les pauvres. Ils ont été conçus pour démontrer les avantages d’un revenu de base par rapport au système d’aide sociale traditionnel plutôt que de démontrer les avantages d’un revenu de base à davantage de groupes de la société (étudiants, contribuables, personnes âgées, etc.). En limitant les projets aux personnes qui se situent à des niveaux d’aide sociale ou qui s’en approchent, les projets se sont positionnés comme un autre programme d’aide sociale pour les pauvres. Comme dans la plupart des pays, la classe moyenne, qui travaille dur et paie des impôts, a peu de patience pour les assistés sociaux. Cela s’explique en partie par la limitation du revenu disponible et par la nature humaine. Nous avons vu, pays après pays, la réduction de programmes d’aide sociale dans le but d’équilibrer le budget, d’obtenir des votes ou de libérer des fonds pour d’autres programmes. Presque aucun pays au cours des trente dernières années n’a augmenté la taille de ses programmes d’aide sociale. Cela devrait être un (gros) indice pour les défenseurs du revenu de base.

La plupart des contribuables ont une patience limitée pour les gens qui ne travaillent pas (pour de l’argent). Penser autrement est tout simplement idéaliste et ne correspond pas à la population moyenne (votante). Lors d’un récent débat sur le revenu de base à Montréal, au Québec, j’ai demandé à la célèbre spécialiste du revenu de base Evelyn Forget comment, selon elle, devrions-nous payer pour un revenu de base. Selon elle, nous devrions augmenter les impôts des sociétés et des particuliers. Quand j’ai répondu que cela serait difficile dans la situation politique et économique actuelle, elle m’a répondu que c’était la meilleure façon de le faire et que les gens n’auraient qu’à « composer » avec des impôts plus élevés.

Je crois fermement que la façon dont nous finançons un revenu de base est SA caractéristique déterminante. Si vous le financez par les impôts, il sera considéré comme un autre programme d’aide sociale semblable aux programmes existants. C’est là un problème majeur puisque l’idée du revenu de base vise à se différencier des autres programmes. Si nous le finançons de la même manière, soit par le biais de l’impôt et de la redistribution, nous ébranlons l’argument qui rend le revenu de base si attrayant. Le revenu de base est censé briser le moule, joindre la gauche et la droite, simplifier la bureaucratie et donner plus de liberté aux individus pour construire leur vie. Si nous le finançons par le biais des impôts sur les travailleurs, il sera considéré (à juste titre) comme un transfert des travailleurs vers les non-travailleurs.

Par analogie avec la défense du revenu de base, nous pouvons examiner les défenseurs du logement abordable. Les deux groupes de militants estiment que leur proposition respective constitue un droit fondamental et que le logement devrait être facilement accessible. Dans le premier cas, les défenseurs du revenu de base soutiennent que tous les membres d’un pays développé devraient avoir un niveau de revenu minimum qui assure l’essentiel dans la vie. Les défenseurs du logement abordable font valoir que le logement est un droit et non un privilège, et qu’il devrait être abordable pour tous les membres de la société. Je suis d’accord avec les deux, mais la façon dont nous mettons en œuvre l’une ou l’autre est déterminante eu égard à la perception du projet par le grand public.

Par exemple, le niveau de logements abordables dans la plupart des pays occidentaux ont en fait diminué en pourcentage global du marché du logement. Cela est dû au fait que les défenseurs du logement abordable adoptent la même approche que les défenseurs du revenu de base – à savoir que le logement abordable est là pour alléger le stress du logement cher et que le logement abordable devrait surtout profiter aux moins fortunés. En partageant leur sort avec les pauvres, ils limitent gravement la base de leur soutien politique.

Comparons cela à Vienne, en Autriche. À Vienne, environ 50 % du parc de logements appartient à la ville, qui en assure la gestion et l’entretien. La moitié du parc de logements constitue donc un bien public. Les loyers sont remarquablement abordables pour une ville de classe mondiale, ce qui apporte dynamisme et diversité. Cependant, la principale raison pour laquelle cela a été possible (outre la Seconde Guerre mondiale) est que la classe moyenne et la classe économique inférieure avaient un intérêt direct dans le succès de ce logement social. Cette base politique beaucoup plus large assure la poursuite des projets de logements abordables. Le revenu de base doit adopter la même approche et cesser de préconiser des projets pilotes de revenu de base comme substitut à l’aide sociale ou comme outil de réduction de la pauvreté. C’est peut-être le cas, mais nous ne devrions pas plaider en faveur d’un revenu de base de cette façon.

Comparons le succès de ces projets pilotes de revenu de base au Fonds de dividendes de l’Alaska, créé en 1976. Le fonds demeure encore aujourd’hui extrêmement populaire et ne risque pas de disparaître. Pourquoi ? Parce que tout le monde comprend ! Aucun projet pilote n’a été réalisé avant la création du fonds de dividendes de l’Alaska et aucun effet négatif n’est apparu après sa mise en œuvre. S’il y a une voie à suivre pour le revenu de base, c’est la mise en œuvre d’un niveau inférieur de revenu de base, mais qui s’adresse à tous – en particulier aux contribuables qui travaillent dur et qui votent.

Il est temps que les défenseurs du revenu de base changent leur fusil d’épaule et modifient leur stratégie pour convaincre la personne moyenne de voter en faveur de cette mesure. Il peut s’agir d’un parti politique distinct (pour un autre poste) ou d’un partisan clair du revenu de base, comme Andrew Yang aux États-Unis, qui a placé le revenu de base au centre de sa campagne présidentielle. Quelle que soit la façon dont vous voyez les choses, tentez de faire en sorte que le revenu de base devienne une réalité en remplaçant ou en complétant les prestations d’aide sociale est une idée vouée à l’échec. Mettez la classe moyenne de votre côté et vous gagnerez la guerre, sinon faites-le à vos propres risques et périls.